Logo der NEG


Préambule

La FCF France a été créée en 1967 et regroupait alors essentiellement des associations de villes organisatrices de carnavals comme Amiens, Caen, Chalon sur Saône, Choisy le Roi, Flers, Nantes, Sète, Saint-Etienne, Vichy…

Elargissant son champ d'action au fil des années, la FCF France, agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports et reconnue d'éducation populaire, œuvre maintenant depuis près de cinquante ans pour que vive la fête sous toutes ses formes, représente, défend et apporte son soutien à tout organisme sans but lucratif organisateur de manifestations festives quelle que soit sa nature ou sa taille.

En agissant ainsi pour que "vive la fête" sous toutes ses formes, la FCF France travaille sans relâche à la reconnaissance de ses adhérents comme véritables acteurs de culture populaire car la culture, complexe, symbolique et pourvoyeuse de sens ne saurait être considérée comme l'apanage d'un groupe fermé et immuable, quelle que soit la manière dont on trace ses frontières.

Pour la défense de la culture populaire...

La culture, selon Michel Serres, est un ensemble de relations. Elle est susceptible d'évolutions, diffusion de groupe social à groupe social, d'espace à espace, au cours d'une même période ou à travers le temps. Dans nos sociétés contemporaines, l'activité culturelle populaire est un ensemble de pratiques qui n'ont d'autres raisons que le plaisir et l'émotion ; plaisir de créer, source de fierté, dispensateur d'estime de soi et de sentiment de dignité ; émotion du partage qui réunit ceux qui œuvrent ensemble, qui assemble ceux qui font et ceux qui les aiment en une même performance et qui produit de ce fait des liens sociaux.

Notre fédération n'oublie pas par ailleurs que le patrimoine culturel comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et évènements festifs... car le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d’autres modes de vie.

L’importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas tant dans la manifestation culturelle elle-même que dans la richesse des connaissances et du savoir-faire qu’il transmet d’une génération à une autre. Cette transmission du savoir a une valeur sociale et économique pertinente pour les groupes minoritaires comme pour les groupes sociaux majoritaires à l’intérieur du pays.

Mais la culture populaire de notre pays ne saurait exister sans l'engagement bénévole de nos concitoyens. Face à des contraintes toujours plus fortes et des activités marchandes de plus en plus concurrentes, il nous appartient d'aider et soutenir toute initiative ou action visant à créer, diffuser et perpétuer l'ensemble des activités de notre secteur dans le cadre d'une démarche de réciprocité.

Ainsi, dans ce cadre culturel populaire tant matériel qu'immatériel, la FCF France s'engage à représenter et défendre toutes les associations et autres organismes festifs adhérents, répartis sur l'ensemble du territoire et outremer et à apporter son soutien à l'activité des millions de bénévoles qui les font vivre au quotidien.

Le projet associatif de la FCF

Pour une plus grande efficacité et dans le cadre d'une politique de proximité avec ses adhérents, la structuration de la FCF France doit continuer à reposer sur des fédérations départementales, interdépartementales ou régionales affiliées couvrant l'ensemble du territoire qui s'engagent à respecter et mettre en œuvre les valeurs et les actions découlant du présent projet.

Notre ambition commune est de contribuer à l'évolution de nos pratiques associatives afin de prendre en compte les changements de notre société tout en mettant en valeur les manifestations de culture populaire qui sont les nôtres.

Ce vaste chantier entretenu et développé au quotidien demeure un axe fondamental de la vie citoyenne de notre pays par la création du lien social qu'il permet entre ses acteurs, les bénévoles engagés dans la vie associative et auprès des collectivités, d'une part et le grand public, d'autre part.

La FCF france propose donc à travers ce projet, la création des conditions d'aide et de reconnaissance des engagements bénévoles et la mise en place d'outils d'harmonisation, de promotion et de défense des intérêts collectifs de l'ensemble de ses adhérents.

A - Une aide efficace au recrutement, à la reconnaissance et la promotion des engagements bénévoles

La promotion, le développement, la mise en valeur de l'action bénévole doivent pour nous reposer sur trois grands axes de travail au cours des prochaines années :

I - La revitalisation de nos équipes de dirigeants associatifs

Il nous faut apporter des réponses aux deux constats suivants :

a) le renouvellement de nos équipes n'est pas toujours assuré car nous ne faisons pas suffisamment de place aux jeunes.

Nous devons faire évoluer cette situation :

  • par la place que nous leur offrons ; les jeunes aiment la variété, la spontanéité et la souplesse lorsqu’il s’agit de faire du bénévolat. Il nous faut leur offrir des tâches qu’ils peuvent accomplir dès le plus jeune âge après l’école, la fin de semaine ou pendant les congés scolaires.
  • par l'expérience que nous leur apportons ; les jeunes aiment savoir pourquoi telle ou telle tâche est importante. Il nous faut les renseigner sur les objectifs et la mission de nos groupes et leur faire savoir en quoi leur participation peut faire la différence au sein de l'association.
  • par des acquis pouvant compléter leur orientation professionnelle ; les occasions d’apprentissage sont essentielles (séances de formation, mécanismes d’entraide, jumelage, etc.) Il importe de toujours définir clairement les tâches à accomplir et d’offrir aux jeunes les outils dont ils ont besoin pour faire avancer les choses. Les jeunes cherchent souvent à acquérir une expérience de travail ; nous pouvons déterminer comment leur participation bénévole contribue à mettre en valeur leur curriculum vitae et, si possible, les aider à entrer en contact avec d’éventuels employeurs ou à les faire se rencontrer.
  • par la mise en confiance sur des activités propres ; adaptons notre façon de reconnaître l’apport des jeunes en optant pour de petits gestes qu’ils apprécient. Faisons-les participer à des tâches qui correspondent à leurs intérêts et qui leur permettront d’apprendre quelque chose de nouveau. Les jeunes préfèrent de loin qu’on leur confie quelques responsabilités lors d’une activité communautaire que de préparer des enveloppes ou quelque action administrative.
  • par une écoute et un respect de leur mode de fonctionnement ; les jeunes bénévoles veulent que leur expérience soit agréable, satisfaisante et divertissante! Faisons l'effort de leur demander ce qu'ils aiment, de les écouter et de les observer... leur façon de travailler est peut-être bien la bonne!...

b) nos équipes dirigeantes ne font pas suffisamment de place aux femmes.

Les femmes sont sous-représentées dans les instances de notre fédération, tant régionales que nationale. Elles sont en revanche un peu plus nombreuses à avoir des responsabilités au niveau local, mais à des postes où il s’agit surtout de mettre en place des services, ou d’assurer des tâches administratives.

Même si encore de nos jours, la présence des hommes dans les instances de direction, notamment au niveau local, est explicitement souhaitée par de nombreux adhérents, il semble évident que la présence féminine, voire la parité, est non seulement tout à fait souhaitable mais nécessaire dans le cadre de l'action de modernisation de notre mouvement.

II - La reconnaissance de notre mouvement, sa promotion et la défense des intérêts collectifs de nos adhérents.

L'image de notre fédération est insuffisamment connue tant au niveau départemental ou régional qu'au niveau national. La correction de cette anomalie majeure passe par la poursuite des actions claires d'organisation et d'harmonisation de notre réseau déjà engagées depuis 2012.

Après avoir modelé une image homogène sur des valeurs de solidarité, de convivialité et de citoyenneté au service de la culture populaire, vient alors le temps de la promotion. Celle-ci nécessite des implications de tous les acteurs du réseau et doit être menée de façon coordonnée, par toutes les structures du mouvement tant au second qu'au troisième degré de notre organisation.

Mais les actions de promotion doivent pouvoir s'appuyer sur l'ensemble du travail de nos adhérents, en direction des médias, des institutionnels et réseaux associatifs ainsi que vers l'ensemble des élus de notre pays. Dans ce cadre, nous avons à relayer et, voire engager, les actions pour faire connaître et prendre en compte l'ensemble des problèmes rencontrés au quotidien par nos adhérents sur tous les points tant pratiques qu'économiques touchant à la culture populaire.

III - La mise en place d'un véritable soutien aux hommes et aux structures.

Notre fédération et ses structures départementales, interdépartementales ou régionales doivent devenir des points d'appui irréprochables pour les adhérents locaux. Toutes les structures et tous les dirigeants et bénévoles œuvrant en leur sein doivent pouvoir trouver toute réponse et toute aide leur permettant la bonne réalisation ou la gestion de leurs actions. Il ne s'agit pas de superposer les centres de ressources mais bien d'organiser leurs champs de compétence en toute subsidiarité.

Les contraintes administratives et sécuritaires étant de plus en plus fortes, continuons de créer et organisons des lieux de service incontournables, avec des interlocuteurs formés et informés, rendant nos interventions fédérales plus légitimes et justifiant la notion d'appartenance et de fidélité au mouvement qui nous fait encore parfois défaut.

B - Une démarche de proximité et de responsabilité,

L'ensemble de nos valeurs forment le fondement de notre démarche mais celle-ci est aussi faite d'obligations réciproques.

I - Un réseau de proximité

Au sein de nos structures adhérentes, les bénévoles sont maîtres de leurs projets et ils évoluent entre pairs. Le cadre associatif est pour eux un lieu d'expérience, où le droit à l'initiative et au tâtonnement est une valeur forte et un lieu de sociabilité où une organisation souple permet de privilégier la convivialité.

Ce qui rend possible l'existence d'un réseau, c'est l'engagement de tous, les bénévoles qu'il soient jeunes ou moins jeunes, masculins ou féminins mais aussi l'ensemble des partenaires tant publics (collectivités territoriales) que privés (commerçants, artisans, entreprises...). Et dans ce cadre, ce qui est demandé aux fédérations régionales et départementales comme à la FCF nationale, c'est d'accompagner et non pas d'animer. C'est de permettre aux organisateurs de manifestations de mener leurs projets, de prendre toutes initiatives et non pas de se substituer à eux.

II - Plus de participation et de solidarité

Un réseau comme le nôtre, doit offrir une valorisation des expériences menées, à travers un développement des échanges et un meilleur décodage des institutions qui sont les interlocuteurs des associations dans la mise en place de leurs projets. Nous devons donc proposer une véritable qualification au service des projets en mettant à disposition une palette d'outils facilitant leur mise en œuvre.

Mais il faut également que les échanges existent autant, voire plus, horizontalement que verticalement au sein de notre mouvement. Cela passe par des actions départementales ou régionales visant à renforcer les liens entre les structures adhérentes, favorisant ainsi toutes formes d'échange mais instaurant également une plus grande solidarité entre nos membres.

III - La prise en compte des responsabilités de chacun

Notre tâche, à tous les niveaux du mouvement s'avère compliquée et suppose que nous nous comportions tous en bénévoles responsables. Or, les actes d'irresponsabilité qu'ils soient commis par méconnaissance des règles, par négligence ou parfois délibérément sont encore trop nombreux et peuvent faire peser des soupçons d'amateurisme et d'incompétence sur l'ensemble du mouvement. Nous devons prendre en compte le turn-over important des dirigeants et les aider par tous moyens à mieux appréhender et gérer les responsabilités qui sont les leurs.

IV - Le sérieux dans la convivialité

Le lien qui se tisse entre les bénévoles de nos organismes adhérents est fondamental et son entretien ne saurait être délaissé voire abandonné. La convivialité demeure donc essentielle au sein même de notre mouvement et ceci à tous les niveaux, afin que, même si la démarche est sérieuse, elle reste avant tout festive et que chacun puisse y trouver l'ambiance propice au plaisir qu'il vient chercher à travers son engagement.

La prise en compte du présent texte - qui engage tous les adhérents - marque la continuité de la politique mise en place en 2012 au sein de notre fédération et demeure le fil conducteur de ses actions pour les années à venir. Il est le socle des valeurs de la FCF et s'applique à tous, même s'il suppose parfois l'évolution de certains de nos comportements.

Dateien:
Projet associatif FCF 2015-2018 Beliebt
Datum 2015-11-13 Dateigröße 434.1 KB Download 110 Download